Comprendre la révolution numérique

Accueil > Rubriques > Une carte Vitale à la mode Microsoft

Une carte Vitale à la mode Microsoft

mercredi 10 octobre 2007

Depuis quelques jours, Microsoft propose au grand public un service de stockage de données médicales personnelles. Baptisé HealthVault, ce coffre-fort virtuel, surtout destiné à un public américain, permet à chacun de se constituer un dossier médical avec les informations qu’il y entrera.

Dans un environnement aussi fragmenté que l’est le système de santé nord-américain, les informations médicales concernant un individu sont en effet disséminées auprès d’un nombre considérable d’acteurs : médecins, hôpitaux, assurances et autres organismes de santé. Le manque d’information ou l’accès à des informations partielles peut s’avérer dangereux dans des moments critiques et est une cause reconnue de mortalité dans certains cas.

Là où le système français a pris l’option d’une centralisation au niveau de l’Etat et de la assurance-maladie avec le Dossier Médical Personnel, la centralisation nécessaire des données médicales ne peut qu’être gérée par l’individu lui-même de l’autre côté de l’Atlantique.

Microsoft a semblé vouloir donner les plus grandes garanties en ce qui concerne la confidentialité des données, aussi bien au niveau technique que légal. D’un autre côté, le titulaire d’un compte a la possibilité d’y donner accès, s’il le souhaite, à des tiers de confiance comme des membres de sa famille et des médecins. La communication des informations, dans un sens ou dans l’autre, peut d’ailleurs être prise en charge de manière automatisée. Le système offre une interface de programmation (API) lui permettant de se connecter ou bien à d’autres systèmes de stockage de données médicales, ou même à des appareils de mesure électroniques qui peuvent alimenter directement le compte, sans saisie manuelle des informations. Des accords avec des entreprises spécialisées dans le domaine de la santé, devraient permettre à HealthVault de se transformer en véritable plate-forme à partir de laquelle des services de santé divers et nombreux pourraient être proposés.

D’un point de vue commercial cette fois, et dans la mesure où le service est gratuit, ce sont les revenus publicitaires qui sont censés garantir la rentabilité du service. Microsoft met en effet à disposition une version spécialisée de son moteur de recherche Live search pour permettre à l’usager de trouver des informations médicales sur ce qui le préoccupe. Des liens sponsorisés parsèment les résultats retournés.

Pour nombre de commentateurs,Microsoft vient de réaliser un beau coup face à son adversaire Google qui n’aura donc pas réussi à être le premier à planter son drapeau sur ce secteur, considéré par beaucoup comme un Eldorado.

Les interrogations que soulève la mise en place d’un tel service sont nombreuses. Elle concernent d’abord la compétence des usagers à constituer et alimenter un dossier médical les concernant. Le fait que ce soit le patient lui-même qui saisisse les informations le concernant ne garantit pas par exemple que ces informations sont complètes. D’un autre côté, plusieurs commentateurs soulèvent la question de la protection de ces données. L’accès à certaines données médicales par des compagnies d’assurance, des employeurs, des organismes de prêt ou de crédit peut en effet s’avérer désastreux. Certains redoutent que des mandats délivrés par des cours locales ou des perquisitions menées de manière extensive et hors de tout contrôle judiciaire par les autorités gouvernementales aboutissent à violation manifestes de la vie privée.

Ce qui est en cause dès lors, n’est pas tant la confiance que l’on peut accorder à une entreprise comme Microsoft pour garantir la confidentialité des données, que la notion même de centralisation des données sur laquelle repose HealthVault, qui crée un risque non négligeable pour l’individu.


Voir en ligne : HealthVault